La Toupie  >  Dictionnaire  >  Etat profond

"Toupictionnaire" :
Le dictionnaire de politique


Etat profond


"Instrumentalisée par plusieurs théoriciens du complot comme le Canadien Peter Dale Scott en particulier, les partisans du mouvement QAnon ou des intellectuels comme Michel Onfray, la notion d'"État profond" permet en effet d'attribuer à une entité mal définie toutes sortes de complots et de manipulations sans avoir jamais à en apporter la moindre preuve ou incriminer personnellement qui que ce soit en particulier."
conspiracywatch.info (Observatoire du conspirationisme)


Définition d'Etat profond


La locution Etat profond est la traduction de l'anglais deep state. Elle aurait pour origine les mots turcs derin (profond) et devlet (Etat) utilisés, notamment, lors de l'affaire Susurluk (1996), ville dans laquelle ont été mis au jour, fortuitement, des liens étroits entre des hommes politiques, la police et la mafia d'extrême droite.

L'Etat profond désigne un réseau secret de personnes appartenant à différents échelons et institutions d'un Etat (hauts fonctionnaires, diplomates, magistrats, militaires, membres des services de renseignement, policiers, ...), qui agirait de manière occulte, formant une hiérarchie parallèle, comme un Etat au sein même de l'Etat. Il influencerait la politique conduite par les autorités officielles dans un sens pouvant être contraire aux objectifs pour lesquels ces dernières auraient été élues. L'Etat profond se perpétuerait indépendamment des résultats des élections, pouvant ainsi contrecarrer toute tentative de réformes ou tous mouvements sociaux auxquels il serait opposé.

La notion d'Etat profond a été popularisée après les révélations d'Edward Snowden en 2013 sur la surveillance électronique et la collecte de métadonnées opérée à grande échelle depuis les Etats-Unis par la NSA (National Security Agency). Durant le mandat présidentiel de Donald Trump (2017-2020), certains de ses sympathisants, sensibles aux théories conspirationnistes, ainsi que des médias d'extrême droite ont dénoncé la présence d'un Etat profond qui entraverait l'action du président.
Synonymes : pouvoir parallèle, pouvoir secret, cabinet noir, administration parallèle.

Exemples d'évènements attribués par les complotistes à l'Etat profond :
  • l'assassinat de John F. Kennedy,
  • les attentats du 11 Septembre 2001.
La locution Etat profond est principalement utilisée par les milieux complotistes recherchant un bouc émissaire, fut-il imaginaire, pour expliquer des situations complexes ou certains évènements importants.

Dans les pays démocratiques, elle tend à être utilisée pour désigner la fonction publique avec son inertie et ses blocages ainsi que les bureaucraties permanentes - militaire, renseignement, diplomatie,... - que l'on retrouve dans tous les pays.
Exemple : Le président de la République française, Emmanuel Macron y a fait référence le 21 août 2019 pour dénoncer les oppositions à sa politique de rapprochement avec la Russie.
Synonymes : bureaucratie permanente, inertie bureaucratique.
"Le sociologue Gérald Bronner soutient que le terme d'Etat profond n'est pas approprié dans les républiques démocratiques comme la France. Il remarque que s'il y a bien "d'autres sources de pouvoir dans la démocratie que des individus légalement élus : il y a les lobbies, le pouvoir universitaire, le pouvoir médiatique : toutes sortes de pouvoirs qui ne sont pas assujettis au rythme de la démocratie", mais que "la naïveté de la théorie conspirationniste de l'État profond est de supposer, par une lecture monocausale, que ces contre-pouvoirs vont tous dans le même sens, qu'ils se concertent. C'est le biais d'intentionnalité : attribuer quelque chose à des groupes non constitués"." (Wikipédia)



Accueil     Dictionnaire     Haut de page